Fake News

Diffusion intentionnelle de fausse nouvelle : désinformation, rumeurs, théories du complot

0 %

des Français pensent avoir déjà été confrontés à une Fake News, sur Internet ou sur les réseaux sociaux. Et si 50 % d’entre eux estiment ne pas avoir été induits en erreur, 23 % admettent avoir été trompés. (Observatoire BVA, 2019)

Une Fake News : qu’est-ce que c’est ?

Une «fausse nouvelle lancée en connaissance de cause dans le champ médiatique ». Telle est la définition que nous donne Pascal Froissart, enseignant-chercheur en Communication, spécialiste de la question.

Les fake news peuvent être réalisées pour des raisons idéologiques (campagne de désinformation), politiques (déstabiliser un adversaire lors d’une élection) ou encore financières (arnaques sur internet pour voler des données personnelles par exemple). 

L’éducation aux médias et au sens critique est essentielle pour lutter contre les fakes news et ses conséquences : risque d’enrôlement, manipulation et théorie du complot, radicalisation… Le numérique n’est pas à l’origine des fake news, mais la viralité des réseaux sociaux contribue fortement à en élargir sa diffusion.

Que dit la loi ?

Pour lutter contre le phénomène, la législation française a promulgué une loi « anti fake news ». Néanmoins, sa portée reste limitée puisqu’elle n’est applicable qu’en période pré-électorale  pour concentrer les outils sur le vrai danger, c’est-à-dire les tentatives d’influencer les résultats d’élections.

Si un candidat constate la publication d’une fake news, il peut saisir le juge des référés. Ce dernier a alors 48 heures pour rendre sa décision, qui peut consister à faire retirer la publication en question de toutes les plateformes. 

De son côté le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) peut également prendre des mesures à l’encontre des médias « contrôlés par un État étranger, ou placés sous l’influence de cet État” si ceux-ci diffusent délibérément “de fausses informations de nature à altérer la sincérité du scrutin”.

Par ailleurs, les plateformes ont l’obligation d’indiquer l’identité des personnes qui paient pour faire la promotion de contenu d’information se rapportant à un débat d’intérêt général. Lorsque la somme payée pour la diffusion est supérieure à 100 € HT, les plateformes sont également dans l’obligation de mentionner ce montant.

En dehors de ces périodes électorales particulières, la problématique des fake news reste entière.

Comment reconnaître les Fake News pour s’en protéger ?

Les fake news ont la fâcheuse tendance de ressembler trait pour trait à une information authentique. Certains indices permettent cependant de les identifier.

Voici quelques questions à se poser pour évaluer la qualité et la pertinence d’une information :

  • Qui est l’auteur ? L’article est-il signé ? Vérifier l’existence réelle de l’auteur, sa légitimité, ses autres écrits.
  • Quel est l’objectif de l’auteur ? Relate-t-il des faits ou exprime-t-il une opinion ?
  • Quelle est la nature du site ? Site d’information, site de divertissement, site parodique… si cette information se trouve sur un site qui a pour objet de créer des canulars (comme le Gorafi), l’information sera fausse. L’url peut aussi être un indicateur : un .gouv permet d’identifier un site officiel (attention cependant aux « faux amis », une lettre inversée dans l’url peut révéler un fake).
  • A quoi ressemble le site ? Le look, la langue, le type de publicités… la présentation d’un site est parfois révélatrice de la crédibilité des informations qu’on y trouve.
  • D’où vient l’information ? Les sources d’une information permettent de déterminer sa véracité. Il est essentiel de les croiser.
  • Quelle est la date de la publication ? Il est important de savoir à quel moment les faits relatés se sont produits. Une information sortie de son contexte peut tromper le lecteur.
  • L’information présente-t-elle des incohérences ? Des détails qui ne concordent pas, une image qui ne correspond pas à la légende ou des commentaires non pertinents peuvent éveiller les soupçons.

Pour finir, vous pouvez croiser les sources et vérifier si l’information en question est reprise dans des journaux ou des sites faisant figure d’autorité par exemple.

Comment agir si votre enfant vous parle de Fake News ?

Votre enfant pourrait être amené à évoquer spontanément le sujet des fake news, ou à vous présenter une information qu’il juge crédible alors qu’il s’agit d’une fake news. 

Voici quelques solutions pour l’accompagner :

  • Expliquez-lui le phénomène afin d’éveiller sa vigilance. Internet est une formidable source d’information…mais tout n’est pas vrai !
  • Analysez ensemble une fake news afin qu’il en décrypte les rouages.
  • Guidez-le vers des sites sécurisés et fiables.
  • Encouragez le à prendre du recul et à développer son sens critique.
  • Dialoguez, communiquez ! Confronter les idées et échanger sur l’actualité est le meilleur moyen de déjouer les fake news en famille !

Pour aller plus loin

F.A.Q Parents

F.A.Q Enfants / adolescents

Besoin d'aide ?

Cyberharcèlement, revenge porn, chantage à la webcam, usurpation d’identité, violences sexistes et sexuelles, exposition à des contenus violents & pornographiques, etc. et toutes les questions liées aux usages (jeux vidéo, contrôle parental, paramétrage de compte, surexposition aux écrans).